SF2: Sakuragi

Salut tout le monde!

Alors que vous êtes tous en train de vous exciter pour rien sur CTR (car jamais vous ne me battrez), rappelez-vous, il y a encore à peine une semaine, c’était la folie sur SF2.

Cette épreuve a été riche en surprises, en suspense, en lag, en déception aussi.

Pour clôturer cette épreuve (il restera juste quelques huitièmes en vidéo qui arriveront bientôt), Tonka nous a fait une superbe vidéo que je vous invite à (re)découvrir.

 

Cette épreuve a vu un très beau tableau final, avec une belle représentation de forums. Et même si paderetro avait 3 représentants grâce à notre système breveté Méga-Cheat, c’est Sakuragi qui a su l’emporter après de longues luttes acharnées.

 

Pour boucler la boucle, nous sommes allés rencontrer ce nouveau champion. Interview spéciale par notre envoyé très spécial, Jean Bono.

(gros plan un peu flou des feuilles d’un arbre, musique mélancolique)

Sakuragi, représentant de Kasumi-Ninja, est un homme dans le temps.
Arrivant pile à l’heure, il se montre avec un sourire humble, cheveux aux vents, mais le regard fatigué. Il semble un peu dépassé par tout ce qui lui arrive dernièrement, son attachée de presse le guidant dans un timing très serré.
Après une longue série de combats acharnés, il a remporté la 2e épreuve des Jeux Rétrolympiques sur SF2 Turbo. Rien que ça.
Revenons ensemble sur sa victoire, avec quelques mots échangés autour d’un diabolo fraise, sur un banc public, entre deux interviews plus « sérieuses ».

JOJR: Bonjour Sakuragi, ça va?
Sakuragi: ça va bien merci, un peu mal au bras à force de balancer des milles mains avec Honda.

JOJR: Félicitations pour ta très belle victoire !! Pas trop fatigué? tu dois être très sollicité en ce moment?
S: C’était l’euphorie sur Kasumi, on a fait la bringue sur notre mumble jusqu’au petit jour. Je me suis refait le match dans ma tête toute la nuit ( sans le lag ), impossible de m’endormir ! Hélas je ne suis pas sollicité pour le moment, j’attends de voir les propositions que l’on me fera au prochain mercato des forums.

JOJR: Hmm, je vois. Comment as-tu vécu cette épreuve sur SF2? La différence de style entre le 1e et 2e round? Étais-tu dedans dès l’annonce du jeu?
S: A la base je ne comptais pas participer car je ne suis pas un grand fan de SF2 en mode « tournoi » à cause des imperfections du jeu. J’ai participé uniquement car je ne voulais pas que Kasumi termine derrière un forum en particulier et parce que j’aime bien affronter des gens, je préfère ça au scoring. Le premier round s’est joué à l’efficacité, le 2 ème à l’étude de son adversaire pour adapter son jeu mais aussi au mental. Quand je commence une compétition je suis toujours à fond dedans.

JOJR: Ah bon? (rires). Quel a été pour toi le match le plus difficile de cette épreuve?
S: Le match contre J, c’est là où j’ai été le plus défaillant. J’aime bien le défi et je suis rentré intentionnellement dans son plan de jeu dans les deux premiers matchs. J’ai vu un peu ce qu’il savait faire, j’ai ensuite tenté le tout pour le tout en me lachant plus dans les combats restants. C’est quand je commence à perdre que je joue le mieux.

JOJR: Y’avait-il quelqu’un que tu redoutais particulièrement d’affronter?
S: Mon comparse Tylano, nous avons fait de belles parties en s’entrainant tous les deux. Il est très bon au niveau exécution mais aussi pour deviner ce que va faire son adversaire. Dommage qu’il ait perdu à cause de certains de ses automatismes et du stress. J’aurais bien aimé l’affronter, je pense qu’il y aurait eu du beau spectacle.

JOJR: Revenons sur ton parcours. Tu joues à ce jeu depuis longtemps? Quand dirais-tu que tu es passé à un niveau supérieur?
S: J’ai d’abord joué à SF II en arcade puis au World Warrior sur Super Nintendo. Mon apprentissage de SF2 a vraiment débuté avec le super sur Megadrive. Avant ce tournoi je n’avais jamais joué au Turbo, j’ai eu quelques mauvaises surprises comme la roulade verticale de Blanka. J’ai toujours aimé les jeux de combat, dans ce style de jeu on ne progresse qu’en affrontant différents adversaires humains, je pense que l’on a tous progressé dans ce tournoi et que l’on en est sorti meilleurs qu’avant.

JOJR: C’est pas vrai?! C’est complètement incroyable, c’est un vrai scoop que tu nous donnes là
S: Je sais, regarde ton détecteur de puissance et tu verras que je dis vrai.

JOJR: (silence)
S: ton scouter quoi

JOJR: (regard pesant de l’attachée de presse)
S: Tu n’as jamais regardé DBZ ou quoi ???

JOJR: (petit sourire gêné)
S: je vois tu es plutôt ben 10

JOJR: Que penses-tu de ces Jeux? Y’a-t-il une chance qu’on te voit sur une autre épreuve? Tu n’avais pas participé à Maldita Castilla?
S: la sélection est variée après les choix ne peuvent pas plaire à tout le monde, personnellement j’aurais préféré un SF3.3 ou un Mark of the Wolves plutôt que SF2. Ces deux jeux sont plus « carrés » et laissent moins place à l’aléatoire et au zonage. Il possible que je me présente sur d’autres épreuves, je ne vise pas le haut du classement général, je cherche juste à m’amuser sur des jeux qui me font envie. Je n’ai pas participé à Maldita à cause de soucis techniques.

JOJR: Tu penses vraiment que le jambon et le ninja sont une bonne combinaison? Ne crois-tu pas qu’il y a là une sorte d’antinomie? Je veux dire, j’aime bien les ninjas, hein, c’est furtif, ça a des shurikens, c’est cool. J’aime bien le jambon aussi, c’est pas ça non plus le problème, moi tu me files un bon jambon coupé finement pour l’apéro… [à ce moment là, l’attachée de presse nous fait alors un signe de la main nous indiquant que notre temps est dépassé, il semble bien que tous les sujets ne soient pas bons à aborder pour la carrière fulgurante de notre nouveau prodige du versus fighting]

JOJR: Ok, je comprends.. Un dernier mot pour ton public qui t’aime?
S: Merci de m’avoir soutenu, d’avoir servi de souffre douleur dans mes entrainements et d’avoir cru en ma puissance légendaire. Et pour ceux qui ne m’aiment pas j’espère qu’ils ont bien ragé en me voyant gagner hin hin.

JOJR: Merci beaucoup ! A une prochaine !
S: Merci à toi aussi, passez nous voir sur Kasumi-Ninja. On ne mord pas, de temps en temps on égorge en silence mais c’est tout.

Et il repart pile à l’heure, cheveux au vent, pour de nouvelles aventures.